Rechercher

Contact

Médiathèque de Belley

Palais épiscopal
Rue des Cordeliers
01300 BELLEY

04 79 81 47 70

mediatheque@belley.fr

 

Retrouvez nous sur Facebook

 

 

Partager "Contact (menu gauche)" sur facebookPartager "Contact (menu gauche)" sur twitterLien permanent

Simone SIGNORET

 
Simone SIGNORET. Source: Wikipedia

Simone Signoret, de son vrai nom Simone Kaminker, est une actrice et écrivaine française, née le à Wiesbaden (Allemagne) et morte le à Autheuil-Authouillet (Eure) en France.

Prix d'interprétation féminine au Festival de Cannes 1959 pour son rôle dans Les Chemins de la haute ville, elle est la deuxième actrice française (après Claudette Colbert, mais Claudette Colbert, étant arrivée aux États-Unis enfant, était considérée comme une actrice américaine) à remporter l'Oscar de la meilleure actrice l'année suivante pour ce même film. En 1978, elle reçoit le César de la meilleure actrice pour La Vie devant soi d'après le roman de Romain Gary.

Elle a été mariée de 1948 à 1951 au réalisateur Yves Allégret, dont elle a eu une fille, Catherine, puis de 1951 à sa mort à l'acteur et chanteur Yves Montand.

Biographie

Simone Signoret est la fille aînée d'André Kaminker (1888-1961), traducteur juif français d'origine polonaise, et de Georgette Signoret (1896-1984), une Française originaire de Provence. Elle naît en Allemagne Rhénane alors occupée par les Français à la suite de la Première Guerre mondiale. Simone a deux frères cadets, Alain et Jean-Pierre.

André Kaminker est avec Jacques Paul Bonjean journaliste au Poste parisien, il effectue aussi pour la radio française, en 1934, une traduction simultanée d’un discours de Hitler à Nuremberg. Il rejoint en 1940 la France libre à Londres, puis devient speaker, notamment à Radio Brazzaville,.

Au début de la Seconde Guerre mondiale, Simone se réfugie en Bretagne avec le reste de sa famille : elle est élève au lycée de Vannes où elle a pour professeur d’histoire Lucie Aubrac pendant quelques mois. De retour à Paris, elle devient, en 1941, la secrétaire de Jean Luchaire. Grâce à la fille de celui-ci, la comédienne Corinne Luchaire, elle commence à faire de la figuration au cinéma. Elle se choisit alors un nom de scène en substituant à son nom de famille celui de sa mère, Signoret.

En 1943, elle rencontre le réalisateur Yves Allégret. Le naît leur fille Catherine Allégret, et ils se marient en 1948. Sa carrière de comédienne est lancée en 1946 avec Macadam, pour lequel elle obtient l'année suivante le prix Suzanne-Bianchetti de la révélation. Allégret offre à Simone Signoret ses premiers rôles importants, notamment dans Dédée d'Anvers en 1948 et Manèges, sorti en 1950, mais en , sur un coup de foudre, elle quitte Yves Allégret pour un jeune chanteur découvert par Édith Piaf, Yves Montand, rencontré à Saint-Paul de Vence. Ils se marient le .

C'est avec d'autres réalisateurs que Simone Signoret accède au rang de vedette avec, par exemple, Casque d'Or de Jacques Becker en 1951, Thérèse Raquin de Marcel Carné en 1953 et Les Diaboliques d'Henri-Georges Clouzot en 1954.

En 1954, Signoret et Montand achètent une propriété à Autheuil-Authouillet, en Normandie. Cette demeure devint par la suite un haut lieu pour des rencontres artistiques et intellectuelles. Jean-Paul Sartre, Simone de Beauvoir, Serge Reggiani, Pierre Brasseur, Luis Buñuel, Jorge Semprún, y séjournent régulièrement. Le couple milite en faveur de ses idées de gauche et est bientôt catalogué « compagnon de route » du Parti communiste français (PCF). En 1957, Yves Montand, accompagné de Simone Signoret, entreprend une tournée triomphale dans tous les pays du bloc de l'Est. Cependant ils en reviennent profondément désabusés sur la réalité concrète des pays du « socialisme réel » et prennent dès lors leurs distances avec le parti, sans renier toutefois leurs convictions politiques. En 1956, ils jouent ensemble pour la première fois dans un film de Yannick Bellon, Un matin comme les autres, court métrage sur le problème de l'insalubrité des logements en banlieue.

Après avoir tourné en Angleterre Les Chemins de la haute ville sous la direction de Jack Clayton, Simone Signoret part aux États-Unis avec Yves Montand en 1959. Le couple fréquente l'écrivain Arthur Miller, dont ils ont créé, dans la mise en scène de Raymond Rouleau, la version française des Sorcières de Salem en 1954 à Paris, portée à l'écran deux ans plus tard. Miller vient d'épouser Marilyn Monroe, qui impose Montand à ses côtés dans le film Le Milliardaire qu'elle s'apprête à tourner avec George Cukor.

Après avoir reçu l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation dans Les Chemins de la haute ville le , devenant la première actrice française à recevoir ce prix, Simone Signoret rentre en France, tandis qu'une liaison — connue de tous — se noue entre Montand et Monroe pendant quelques mois. L'acteur français rejoint cependant son épouse après la promotion du film. Lorsque, des années plus tard, un journaliste évoque avec Signoret cette liaison, elle répond qu'elle regrettait simplement que Marilyn Monroe n'ait jamais su qu'elle ne lui en avait pas voulu.

En , elle signe le Manifeste des 121, titré « Déclaration sur le droit à l’insoumission dans la guerre d’Algérie ».

Dans les années 1970, Simone Signoret incarne de nombreux rôles, parfois politiques comme dans L'Aveu de Costa-Gavras avec Montand en 1970, mais toujours puissamment dramatiques : L'Armée des ombres de Jean-Pierre Melville en 1969, Le Chat avec Jean Gabin et La Veuve Couderc avec Alain Delon, tous deux de Pierre Granier-Deferre en 1971, Les Granges Brûlées (à nouveau avec Delon) de Jean Chapot en 1973. Elle tourne également avec la nouvelle génération de réalisateurs, notamment Patrice Chéreau dans La Chair de l'orchidée en 1975, et dans Judith Therpauve en 1978, et Alain Corneau dans Police Python 357 en 1976.

En 1978, son interprétation de Madame Rosa dans le film La Vie devant soi, lui vaut le César de la meilleure actrice alors que le film remporte l'oscar du meilleur film en langue étrangère. La même année, elle tourne également pour la télévision dans la série Madame le Juge.

À partir de 1981, la santé de Simone Signoret, qui fume et qui est alcoolique, se détériore sérieusement : elle subit une première opération de la vésicule biliaire, puis devient progressivement aveugle, ne distinguant plus à terme que la silhouette des objets. Ses apparitions à l'écran deviennent rares, malgré la poursuite de sa carrière cinématographique. Elle tourne, entre autres, L'Étoile du Nord avec Pierre Granier-Deferre en 1982, ainsi que deux téléfilms avec Marcel Bluwal : Thérèse Humbert en 1983 et Music-hall en 1985. Une de ses dernières apparitions marquantes se fait, quelques mois avant sa mort, dans l'émission 7 sur 7 où elle demande à la journaliste Anne Sinclair de présenter le sigle de SOS Racisme « Touche pas à mon pote ».

Atteinte d'un cancer du pancréas, elle subit une dernière intervention chirurgicale en , mais meurt dans sa propriété d'Autheuil, le à 64 ans. Elle est inhumée au cimetière du Père-Lachaise. Yves Montand, qui meurt six ans plus tard, en , est inhumé à ses côtés.

Simone Signoret a publié son autobiographie, La nostalgie n'est plus ce qu'elle était en 1975, un autre récit autobiographique, Le lendemain, elle était souriante... en 1979, et un unique roman, Adieu Volodia, en 1985.

Sa fille Catherine Allégret sera comédienne, son petit-fils Benjamin Castaldi présentateur de télévision et son arrière petit-fils Julien Castaldi chroniqueur de télévision.

Théâtre

  • 1942 : Dieu est innocent de Lucien Fabre, mise en scène Marcel Herrand, Théâtre des Mathurins
  • 1954 : Les Sorcières de Salem d'Arthur Miller, mise en scène Raymond Rouleau, Théâtre Sarah-Bernhardt
  • 1962 : Les Petits Renards de Lillian Hellman, mise en scène Pierre Mondy, Théâtre Sarah-Bernhardt
  • 1966 : Macbeth de Shakespeare, Royal Court Theatre Londres

Filmographie

Cinéma

Courts-métrages

Télévision

  • 1966 : Bob Hope Presents the Chrysler Theatre : Une petite rébellion (A Small Rebellion) de Stuart Rosenberg (série) : Sara Lescault
  • 1970 : Un otage de Marcel Cravenne (téléfilm) : Meg
  • 1978 : Madame le juge, écrit par Raymond Thévenin, réalisé par Philppe Condroyer, Claude Barma, Claude Chabrol, Edouard Molinaro, Nadine Trintignant (série) : Élisabeth Massot
  • 1983 : Thérèse Humbert de Marcel Bluwal (série) : Thérèse Humbert
  • 1983 : Des terroristes à la retraite de Mosco Boucault (documentaire) : voix
  • 1986 : Music-Hall de Marcel Bluwal (téléfilm) : Yvonne Pierre

Écrits

  • La nostalgie n’est plus ce qu’elle était, Éditions du Seuil, Paris, 1975 (ISBN 2-02004-520-6).
  • Le lendemain, elle était souriante..., Éditions du Seuil, Paris, 1979 (ISBN 9782020052580)
  • Adieu Volodia, Éditions Fayard, Paris, 1985 (ISBN 2-25303-956-X).

Distinctions

Récompenses

  • BAFTA 1953 : Meilleure actrice étrangère pour Casque d'Or (1953)
  • Festival international du film de Karlovy Vary 1957 : Meilleure actrice pour Les Sorcières de Salem
  • BAFTA 1958 : Meilleure actrice étrangère pour Les Sorcières de Salem
  • National Board of Review 1959 : Meilleure actrice pour Les Chemins de la haute ville
  • BAFTA 1959 : Meilleure actrice étrangère pour Les Chemins de la haute ville
  • Jussi Awards 1959 : Meilleure actrice pour Les Chemins de la haute ville
  • Festival de Cannes 1959 : Prix d'interprétation féminine pour Les Chemins de la haute ville
  • Oscars 1960 : Meilleure actrice pour Les Chemins de la haute ville
  • Primetime Emmy Awards 1966 : Meilleure actrice dans un téléfilm où une mini-série pour Bob Hope Presents the Chrysler Theatre, épisode « A Small Rebellion »
  • Berlinale 1971 : Meilleure actrice pour Le Chat
  • César 1978 : Meilleure actrice pour La Vie devant soi (1977)
  • David di Donatello 1978 : Meilleure actrice pour La Vie devant soi

Nominations

  • Golden Globes 1960 : Meilleure actrice dans un film dramatique pour Les Chemins de la haute ville
  • BAFTA 1966 : Meilleure actrice étrangère pour La Nef des fous
  • Golden Globes 1966 : Meilleure actrice dans un film dramatique pour La Nef des fous
  • Oscars 1966 : Meilleure actrice pour La Nef des fous
  • BAFTA 1968 : Meilleure actrice étrangère pour MI5 demande protection
  • Césars 1983 : Meilleure actrice pour L'Étoile du Nord

Hommages

La chanteuse Nina Simone a choisi son pseudonyme en hommage à Simone Signoret après l'avoir vue dans Casque d'Or .

En France, plusieurs odonymes portent le nom de l'actrice dont, notamment à Paris, la promenade du quai de la Seine, dans le quartier de la Villette, qui se dénomme « promenade Signoret-Montand » depuis 1998.

Serge Reggiani a rendu hommage à Simone Signoret et à son rôle dans le film Casque d'Or avec la chanson Un menuisier dansait (1973).

En 1986, dans son album Ça fait rire les oiseaux, la Compagnie créole publie une chanson intitulée Simone.

Notes et références

Notes

Références

Annexes

Bibliographie

  • Joëlle Monserrat, Simone Signoret, Paris, éditions PAC, 1983.
  • Catherine David, Simone Signoret ou la Mémoire partagée, Paris, Robert Laffont, 1990.
  • Catherine Allégret, Les Souvenirs et les regrets aussi..., Paris, éditions Fixot, 1994, 325 p. (ISBN 2-72428-175-6)
  • Jean-François Josselin, Simone, Paris, Grasset, 1995.
  • Huguette Bouchardeau, Simone Signoret : Biographie, Paris, Flammarion, 2005, 291 p. (ISBN 2-08068-749-2)
  • Emmanuelle Guilcher, Signoret : Une vie, Paris, éditions Privé, 2005.
  • Benjamin Castaldi, Dans les yeux de Simone, Paris, Albin Michel, 2010.
  • Agnès Michaux, Les Sentiments, Paris, J'ai lu, 2011. (ISBN 9782290036143)
  • Susan Hayward, Simone Signoret, une star engagée, trad. Samuel Bréan, Paris, L'Harmattan, 2013, 300 p. (ISBN 978-2-343-02002-0) (Édition originale : Susan Hayward, Simone Signoret: The Star as Cultural Sign, Londres-New York, Continuum, 2004)

Documentaires

  • Mémoires pour Simone Signoret, de Chris Marker, 1986, film hommage réalisé à la demande de Gilles Jacob après le décès de l'actrice et projeté au Festival de Cannes 1986. Commentaire dit par François Périer. (60 min)
  • Elle s'appelait Simone Signoret de Christian Lamet et Nicolas Maupied d'après une idée d'Emmanuelle Guilcher, coproduction Dream Way Productions/INA.
    Première diffusion le sur France 5, à l'occasion du 25e anniversaire de la mort de Simone Signoret. Avec la participation de Catherine Allégret, Guy Bedos, Benjamin Castaldi, Fanny Cottençon, France Roche et Anne Sinclair.
  • Simone Signoret, figure libre, de Michèle Dominici, 2020, Quark Productions / Arte France.

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • (en) AllMovie
    • (en) Internet Movie Database
    • (en) Oscars du cinéma
    • (en) Rotten Tomatoes
  • Simone Signoret, sur le site de l'INA
  • Olivier Rajchman, « Simone Signoret: les combats d'une vie », L'Express, .
  • Portail du cinéma français
  • Portail du théâtre
  • Portail de la télévision française

Ce contenu est mis à disposition selon les termes de Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Simone SIGNORET de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Termes associés

DVD

Afficher "L'Armée des ombres"Afficher "Casque d'Or"