Rechercher

Contact

Médiathèque de Belley

Palais épiscopal
Rue des Cordeliers
01300 BELLEY

04 79 81 47 70

mediatheque@belley.fr

 

Retrouvez nous sur Facebook

 

 

Partager "Contact (menu gauche)" sur facebookPartager "Contact (menu gauche)" sur twitterLien permanent

Mathieu AMALRIC

 
Mathieu AMALRIC. Source: Wikipedia

Mathieu Amalric, né le à Neuilly-sur-Seine, est un acteur et réalisateur français.

Comédien éclectique dans ses choix, allant du cinéma d'auteur français aux grosses productions américaines, il est récompensé par le César du meilleur espoir masculin en 1997 pour Comment je me suis disputé… (ma vie sexuelle) d’Arnaud Desplechin, puis deux fois le César du meilleur acteur : en 2005 pour Rois et Reine d'Arnaud Desplechin et en 2008 pour Le Scaphandre et le papillon de Julian Schnabel.

Comme réalisateur — son activité première, il considère être devenu « acteur par accident » — il reçoit également le prix de la mise en scène au Festival de Cannes 2010 pour Tournée.

Biographie

Famille

Mathieu Amalric est le fils de Jacques Amalric, correspondant à l'étranger du journal Le Monde, éditorialiste à Libération, et de Nicole Zand (dont la mère était d'origine juive polonaise de Cracovie), critique littéraire également au Monde. Il passe quelques années aux États-Unis à Washington où son père est correspondant de 1970 à 1973, puis en URSS à Moscou de 1973 à 1977, avant de revenir à Paris suivre sa scolarité secondaire au lycée Charlemagne.

Il a deux enfants avec Jeanne Balibar dont il est séparé au début des années 2000. Il a été le compagnon durant une dizaine d'années de la metteuse en scène Stéphanie Cléau – rencontrée en 2005 lors de leur travail commun sur la pièce Les Variations Darwin –, avec laquelle il a eu un enfant en 2007,. Depuis 2015, il est le compagnon de la soprano et chef d'orchestre Barbara Hannigan pour laquelle il a réalisé plusieurs documentaires.

Formation et débuts dans le monde du cinéma

Après s'être essayé aux classes préparatoires littéraires, Mathieu Amalric rate en 1985 le concours de l'Idhec, mais fait la rencontre de Marcelo Novais Teles qui sera à ses côtés pour l'écriture et le mûrissement de nombreux projets de réalisation. Il s'investit dans la réalisation de courts-métrages (notamment avec sa compagne d'alors, l'actrice Nathalie Boutefeu, rencontrée à seize ans et avec laquelle il a vécu durant sept ans), puis travaille sur différents tournages comme accessoiriste, cantinier, ou régisseur, ainsi que dans la société de production de Paulo Branco,. Il fait son apparition comme acteur en 1984 dans Les Favoris de la lune d'Otar Iosseliani. En 1987, il est stagiaire à la mise en scène sur Au revoir les enfants de Louis Malle.

Carrière d'acteur

Mathieu Amalric fait la connaissance d'Arnaud Desplechin au Festival Premiers Plans d'Angers, alors qu'il présente son court-métrage Sans rires et Desplechin son long-métrage La Vie des morts. Avec ce dernier, il passe des essais infructueux pour le rôle principal de La Sentinelle mais y fera tout de même une apparition. Deux films sortis durant le premier semestre 1996 lancent réellement sa carrière : il est tout d'abord remarqué dans Le Journal du séducteur de Danièle Dubroux dans lequel il tient un second-premier rôle ; puis interprète ensuite le rôle de Paul Dedalus dans Comment je me suis disputé... (ma vie sexuelle) d’Arnaud Desplechin qui confirme sa place d'acteur en devenir et pour lequel il reçoit le César du meilleur espoir masculin en 1997. Mathieu Amalric déclarera de multiples fois que c'est Desplechin, grâce à ce film, qui « l'a inventé comme acteur ». Il s'impose alors à la fin des années 1990 comme l'un des jeunes acteurs les plus en vue du cinéma d'auteur, jouant généralement des intellectuels fantasques, exubérants ou dépressifs avec deux premiers rôles marquants en 1999 dans Fin août, début septembre d'Olivier Assayas et Trois ponts sur la rivière de Jean-Claude Biette, tous deux au côté de Jeanne Balibar.

Il reçoit en 2005, le César du meilleur acteur pour Rois et Reine, un film de son metteur en scène fétiche, Arnaud Desplechin, qui utilise Mathieu Amalric comme Ingmar Bergman le faisait avec Erland Josephson.

Sa carrière internationale débute en 2005 avec un rôle secondaire sous la direction de Steven Spielberg dans le film Munich qui pour la première fois lui offre la possibilité de travailler dans un film étranger. En 2008, il obtient le second César du meilleur acteur de sa carrière pour son rôle de journaliste atteint du locked-in syndrome dans Le Scaphandre et le papillon de Julian Schnabel. Il est absent de la cérémonie en raison du tournage du film de James Bond Quantum of Solace, dans lequel il incarne l'homme d'affaire crapuleux Dominic Greene. Mathieu Amalric qui s'est fait représenter lors de la soirée, a déploré que son discours de remerciements ait été en partie coupé, omettant un passage où il critiquait le rôle des multiplexes et le manque de plus en plus flagrant de subventions pour les salles d'art et d'essai.

L'année 2012 est principalement marquée par le tournage de Jimmy Picard, le film américain d'Arnaud Desplechin — qui le choisit par la cinquième fois pour tenir un rôle dans ses films, dont quatre principaux —, où il incarne l'ethnopsychiatre Georges Devereux. Début janvier 2013, alors qu'il continue l'adaptation du Rouge et le Noir, il est contacté par Roman Polanski pour remplacer au dernier moment Louis Garrel qui devait tenir le rôle principal du film La Vénus à la fourrure. À l'issue de la sélection pour le 66e Festival de Cannes, ces deux films où il tient les rôles principaux sont en compétition officielle pour la Palme d'or, situation particulièrement rare pour un acteur. La seconde partie de l'année 2014 est marquée par le tournage de deux films avec d'une part Trois Souvenirs de ma jeunesse d'Arnaud Desplechin – constituant une préquelle vingt après à Comment je me suis disputé... – et d'autre part Belles Familles de Jean-Paul Rappeneau.

En mars 2015, le festival de cinéma de Cork en Irlande lui consacre une rétrospective incluant tout à la fois sa carrière d'acteur et de réalisateur et le mois suivant l'Académie de France à Rome lui donne une carte blanche.

Carrière de réalisateur

Paradoxalement, Mathieu Amalric se considère principalement comme un réalisateur de cinéma. Ses premiers courts métrages, réalisés de manière quasi-artisanale dans les années 1980, puis avec l'aide notamment du Groupe de recherches et d'essais cinématographiques (GREC) en 1990 pour Sans rires. Cette première œuvre notable est présentée quelques mois plus tard au 9e festival « Tous courts » d’Aix-en-Provence où il obtient le Grand Prix du jury, ce qui constitue le tout premier prix cinématographique reçu par Mathieu Amalric, qui n'est pas encore réellement un acteur avant Le Journal du séducteur (1996) de Danièle Dubroux. Il est suivi deux plus tard par Les Yeux au plafond. Il est l'année suivante l’auteur d'un premier film autobiographique Mange ta soupe (1997) puis du Stade de Wimbledon (2001) pour lequel il offre le rôle principal à Jeanne Balibar. En 2003, il présente La Chose publique à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes.

En 2004 il est membre du jury du 26e Festival international du court métrage de Clermont-Ferrand. À la surprise générale, il annonce en tant que porte-parole la décision unanime ne pas remettre le Grand prix de la Compétition française (le prix le plus important pour les films français dans ce festival) cette année-là, notamment à cause du « manque d'inventivité formelle » des films présentés et du danger « d'uniformisation de la culture ». Dans un entretien au journal L'Humanité il s'en explique, reprochant aux films sélectionnés d'avoir cherché à « simplifier le monde, au lieu de puiser, de chercher, de s'interroger sur la complexité de l'être humain », d'être sans inventivité ou fantaisie, et de se contenter de filmer leur scénario. Précisant sa vision de réalisateur, il considère alors qu'un film ne doit pas avoir de « fonction sociale » ou délivrer de message — sans intentions et « surtout pas de bonnes intentions » —, un artiste devant principalement filmer pour le seul désir de filmer.

À partir de 2010, Mathieu Amalric décide de moins jouer en tant qu'acteur afin de mener à bien ses projets de réalisateur de film, carrière vers laquelle il se sent plus attiré depuis de nombreuses années. Il réalise alors son quatrième long métrage, Tournée (dont il joue également le personnage central), pour lequel il remporte le Prix de la mise en scène lors du Festival de Cannes. Ce film et la récompense obtenue auront un impact important auprès des producteurs qui le considèrent désormais comme un metteur en scène à part entière et plus seulement comme un acteur. Ainsi, la même année il répond à une commande de la Comédie-Française pour l'adaptation télévisée de L'Illusion comique de Corneille qu'il transpose dans une version contemporaine remarquée par la critique.

En tant qu'artiste invité, il intervient également à la Fémis et au Fresnoy (où, à l'invitation de Dominique Païni, il a notamment réalisé en 2011 une installation reconstituant l'appartement de sa professeur de piano à Moscou dans le cadre de l'exposition « Panorama »).

En mai 2012, Mathieu Amalric annonce qu'il travaille au scénario d'une importante adaptation (cinéma et télévision en plusieurs épisodes) de Le Rouge et le Noir,. Il continue durant cette période à accepter des rôles plus secondaires dans divers films à l'exception de Jimmy P. (Psychothérapie d'un Indien des plaines) d'Arnaud Desplechin et de La Vénus à la fourrure de Roman Polanski dont il intègre la distribution au dernier moment et au pied levé. Alors que le projet du Rouge et le Noir, du fait de l'ambition du film, en est toujours au stade de l'adaptation et de la préparation, le producteur Paulo Branco annonce que Mathieu Amalric va se lancer dans la réalisation d'un film dans l'intervalle avec l'adaptation du roman La Chambre bleue de Georges Simenon dont Branco et Amalric ont obtenu les droits. Le tournage de l'adaptation de ce roman noir sentimental, auquel Mathieu Amalric est depuis longtemps attaché, est entrepris en juillet 2013 avec le réalisateur dans le rôle principal. Quelques mois plus tard, le film est retenu dans la sélection Un certain regard lors du Festival de Cannes 2014.

Arrivé à ce stade de sa carrière, Mathieu Amalric reçoit le commentaire élogieux du cinéaste et historien du cinéma Noël Simsolo dans son Dictionnaire de la Nouvelle Vague (2013) :

« L'héritier actuel de la Nouvelle Vague en France : c'est lui, comme acteur et réalisateur [...] car son style de cinéaste, comme son jeu de comédie, privilégie cette attitude de la Nouvelle Vague où rigueur et liberté faisaient un mélange détonant. »

— Dictionnaire de la Nouvelle Vague, Noël Simsolo,

Filmographie

Acteur

Longs métrages

Télévision

  • 2001 : Zaïde, un petit air de vengeance de Josée Dayan — Luigi Scarofolo
  • 2011 : La Chanson du Dimanche, la série d'Alexandre Castagnetti et Clément Marchand — Danny Monaco (1 épisode)
  • 2011 : Platane d'Éric Judor — invité épisode
  • 2012 : Le Reste du monde de Damien Odoul — Paul
  • 2013 : Les Anonymes de Pierre Schoeller — Roger Marion
  • 2015 : Wolf Hall (série pour la BBC Two) de Peter Kosminsky — Eustache Chappuis
  • 2018 : Le Bureau des légendes (saison 4)

Courts métrages

Réalisateur

Longs métrages

  • 1997 : Mange ta soupe
  • 2001 : Le Stade de Wimbledon
  • 2003 : La Chose publique
  • 2010 : Tournée
  • 2010 : L'Illusion comique (téléfilm) d'après la pièce homonyme de Pierre Corneille
  • 2014 : La Chambre bleue
  • 2017 : Barbara

Autres

  • 1985 : Marre de café, court métrage
  • 1986 : La seule différence c’est que les cafés sont plus chers, court métrage
  • 1991 : Sans rires, court métrage.
  • 1993 : Les Yeux au plafond, moyen métrage
  • 1993 : 8 bis, court métrage
  • 2002 : Tu vois loin, vidéo-clip pour le groupe Eiffel
  • 2004 : 14,58 euros, court métrage pour le Secours populaire français
  • 2007 : Deux cages sans oiseaux, court métrage, Talents Cannes/Adami, d'après J.D. Salinger
  • 2007 : À l'instar du père Noël et de la pizza, court métrage, Talents Cannes/Adami
  • 2010 : Joann Sfar, dessins, documentaire sur le dessinateur pour Arte
  • 2011 : Under the Sun, vidéo-clip pour le groupe Fortune
  • 2012 : Next to Last (automne 63), court métrage sur le tableau Sun in an Empty Room d'Edward Hopper dans la série d'Arte « Hopper vu par... »
  • 2014 : La Magie de Noël, court métrage pour la campagne 2014 de la Sécurité routière
  • 2015 : C'est presque au bout du monde, court métrage sur la soprano Barbara Hannigan pour l'Opéra national de Paris
  • 2017 : Premières répétitions : Barbara Hannigan vue par Mathieu Amalric, documentaire sur la soprano Barbara Hannigan pour Arte

Producteur

  • 2018 : L'Exilé de Marcelo Novais Teles
  • 2019 : Merveilles à Montfermeil de Jeanne Balibar

Doublage et narration

  • 2009 : Georges le petit curieux 2 : Suivez ce singe – Piccadilly
  • 2010 : Fantastic Mr. Fox de Wes Anderson – M. Renard
  • 2011 : Le Chat du rabbin de Joann Sfar et Antoine Delesvaux – le prince
  • 2014 : Bird People de Pascale Ferran – le narrateur
  • 2014 : Illustre et Inconnu : Comment Jaujard a sauvé le Louvre (documentaire) de Jean-Pierre Devillers et Pierre Pochart – le narrateur
  • 2015 : Edgar Morin, chronique d'un regard d'Olivier Bohler et Céline Gailleurd – le narrateur
  • 2015 : L'Aventure Rosetta : aux origines de la vie (documentaire) de Jean-Christophe Ribot – le narrateur
  • 2015 : D'ombres et d'ailes d'Eleonora Marinoni et Elice Meng – le narrateur
  • 2015 : Hitchcock/Truffaut (documentaire) – le narrateur
  • 2016 : Révolution école, 1918-1939 (documentaire) de Joanna Grudzinska – la voix d'Adolphe Ferrière
  • 2018 : L'Île aux chiens (Isle of Dogs) de Wes Anderson – Duke
  • 2018 : Insulaire (documentaire) de Stéphane Goël – le narrateur Alfred von Rodt

Discographie

  • 2012 : récitant sur le titre Conneries de l'album Rimbaud de John Zorn

Théâtre

  • 2005 : Les Variations Darwin de Jean-François Peyret et Alain Prochiantz, Théâtre de Chaillot à Paris
  • 2010 : La Joie de Laurent Roth, lecture avec Mireille Perrier, Théâtre du Rond-Point à Paris
  • 2010 : La Chose de Laurent Roth, lecture avec Mireille Perrier, Théâtre du Rond-Point à Paris
  • 2011 : Mefausti de Damien Odoul, Bouffes du Nord à Paris
  • 2012 : Une autre histoire de la Révolution française , lecture avec Éric Hazan au théâtre du Rond-Point à Paris
  • 2014 : Le Moral des ménages, d'après le roman homonyme d'Éric Reinhardt, adaptation théâtrale et mise en scène de Stéphanie Cléau ; avec Mathieu Amalric dans le rôle de Manuel Carsen et Anne-Laure Tondu au Cent Quatre à Paris ; reprise au théâtre de la Bastille.
  • 2019 : La Collection d'Harold Pinter, mise en scène de Ludovic Lagarde au Théâtre national de Bretagne à Rennes.

Prix et distinctions

Prix

Nominations

Références

Annexes

Liens externes

  • Ressources relatives à l'audiovisuel :
    • Allociné
    • (en) AllMovie
    • (en) Internet Movie Database
  • Portail du cinéma français
  • Portail de la réalisation audiovisuelle
  • Portail de la télévision française

Licence Creative Commons Ce contenu est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 3.0

Source : Article Mathieu AMALRIC de Wikipédia

Contributeurs : voir la liste

Auteurs associés

DVD

Afficher "Barbara"Afficher "Tournée"Afficher "Le Grand Bain"Afficher "Vous n'avez encore rien vu"Afficher "La Vénus à la fourrure"Afficher "Le Bureau des légendes n° 4 Le Bureau des légendes, saison 4"Afficher "Trois Souvenirs de ma jeunesse"Afficher "Camille redouble"Afficher "Poulet aux prunes"Afficher "The Grand Budapest Hôtel"Afficher "Le Scaphandre et le papillon"Afficher "L'Ile aux chiens"